La montée des populismes, fruit de la crise de 2007 ? DSK n’a (encore) rien compris !

L’ex-directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn (2007-2011), a estimé devant l’AFP lors du dixième anniversaire de la faillite de Lehman Brothers que la montée du populisme était un « produit direct de la crise », dont la gestion a favorisé les inégalités, contribuant notamment à l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

La montée des partis dits « populistes » en Europe et aux État-Unis est devenue la préoccupation majeure de ces démocrates éclairés et de ces parangons du libre échange international. Le retour des préoccupations identitaires est perçu par ces spécialistes comme un inévitable danger. L’avis du bas peuple – mal instruit, réactionnaire, grossier et renfermé sur lui-même – ces mondialistes passant leur vie entre deux aéroports s’en fichent pas mal. Pire, si leurs mesures ne sont pas acceptées ou pas efficaces, ils pointent du doigt la réticence du peuple et le manque de pédagogie destiné à les instruire au progrès.

Alors oui, peut-être, la crise économique de 2007 est une cause de la montée des populismes, mais il ne faut pas réduire le monde à un simple économisme bourgeois. Les causes de la montée des populismes sont tout autre et englobent un nombre de problématiques beaucoup plus important. En réalité ces peuples qui ont porté les partis populistes au pouvoir sont bien plus soucieux que ces spécialistes, de l’entièreté de leur condition, et non pas seulement de leur condition de consommateur.

La montée des partis populistes est une réaction au modèle maastrichtien, une réaction à l’immigration massive, une réaction à la perte du pouvoir décisionnel des peuples vis-à-vis d’une Europe de plus en plus fédéraliste et de plus en plus totalitaire.
L’insécurité culturelle est l’enjeu politique majeur d’aujourd’hui, il suffit de voir le programme et la communication des partis dits populistes arrivés au pouvoir en Europe pour s’en rendre compte. C’est sur l’immigration qu’ils ont été élus, et c’est d’ailleurs l’erreur fatale qu’a commis l’ex Front National lors de l’élection présidentielle, en estimant que leur base d’électeur voterait quoiqu’il en soit sur leur programme anti immigration, et qu’il fallait essayer de ratisser large en parlant « insécurité économique ». La vérité est que la copie fut pâle et l’électeur déçu par la faiblesse du projet global sur l’immigration.

Tous ces éléments montrent bien que l’ancien secrétaire général du FMI se trompe ou tout du moins occulte une grande partie de la réalité en parlant de la montée du populisme comme le produit direct de la crise économique de 2007. Le peuple n’est plus perçu que comme une masse d’individus agissant uniquement en fonction de leur statut de consommateur, quel mépris !
Les élections européennes qui approchent vont être un beau révélateur, l’abstention risque une fois de plus d’être la grande gagnante d’un scrutin qui va ensuite se partager entre d’un côté le camp du bien et de l’autre le camp du mal. Macron/Merkel contre Salvini/Orban et les autres. Le 26 mai prochain la France ne sera peut-être plus la petite dernière de la coalition populiste, au moins faut-il l’espérer.

Source