Européennes : Macron veut refaire le match avec Marine Le Pen ? Trop facile !

Un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info indique que le parti d’Emmanuel Macron associé au MoDem serait en tête à 21,5 %, au coude-à-coude avec la liste du Rassemblement national, à 21 %. Ils distanceraient nettement la liste LR à 14 % et La France insoumise à 12 %. En cinquième position, la liste de Nicolas Dupont-Aignan, à 6%. Cette situation vient combler les attentes du Président qui ne rêve que d’une chose : rejouer le match contre Marine Le Pen, forcément gagnant pour lui.

Les électeurs de droite qui se reconnaissent dans le clivage dessiné par le Président Macron entre les europhiles dont il se veut le champion et les populistes opposés à l’immigration qui se rangent derrière Viktor Orbán ne peuvent accepter cette perspective d’un second round où ils seraient représentés par Marine Le Pen. Ils ont déjà donné. Ils attendent mieux, beaucoup mieux.

Dès lors, quelles options leur reste-t-il ?

Les LR, avec leur éclatement lors du vote contre Orbán, mercredi, et leurs contradictions permanentes n’offrent aucune perspective. Ce sondage ne leur accorde, d’ailleurs, que 14 %. Mais ils ont une marge. De régression.

Mais si le Rassemblement national repart au combat avec les mêmes cadres et la même absence d’ouverture, il ne parviendra pas à faire exploser le résidu LR. Nicolas Dupont-Aignan en serait bien plus capable.

Guillaume Bernard a fait, sur Twitter, à partir de ce sondage, des additions un peu rapides : avec l’union des droites LR+DLF+RN, ce pôle rassemblerait 41 %. C’est très artificiel car il y aurait forcément de la déperdition, notamment au niveau LR. Mais ce qui est certain, c’est qu’existe la possibilité d’une force de droite patriote de plus de 30 %. Si Marine Le Pen était capable de s’effacer, d’offrir la tête de liste à une personnalité de conviction qui ne soit pas issue du Rassemblement national et d’ouvrir sa liste, alors l’objectif serait envisageable. Cela créerait une dynamique et rebattrait les cartes pour les élections suivantes. Cela créerait aussi le choc psychologique que les électeurs de droite attendent depuis des années.

Sinon, une liste de la droite hors-les-murs, autour de Nicolas Dupont-Aignan par exemple, et d’autres personnalités de conviction, serait à même de créer la surprise et de s’imposer entre des LR en plein éclatement et un Rassemblement national se heurtant toujours au même plafond, faute d’avoir tiré les enseignements de 2017.

Source