Blake et Mortimer en guerre contre… le populisme : qui d’autre que Spirou aurait pu y penser ?

Ah ! le Spirou de notre enfance… c’était le temps des belles aventures du petit groom et de son ami Fantasio, fidèlement suivis par Spip l’écureuil. Mais c’était le temps d’avant, et il faut se soumettre aux injonctions du monde nouveau. C’est ainsi que le magazine pour enfant vient de sortir un numéro spécial de propagande « avec des planches d’auteurs Spirou et d’auteurs initiés [c’est le cas de le dire…] qui illustrent parfaitement les 30 articles de la Déclaration« . Vous l’avez deviné, il s’agit de celle des droits de l’homme, puisque l’œuvre est conçue en partenariat avec le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Vous vous souvenez, c’est ce machin qui a accueilli en son sein depuis 2016 plusieurs représentants de l’Arabie saoudite. Un peu comme si on confiait les refuges pour femmes violées à Guy Georges… Mais comme disait Audiard de ces gens-là, « ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît« .

Piquant sans vergogne les personnages historiques de Blake et Mortimer chez son concurrent Tintin, Spirou Magazine réalise pour matraquer les jeunes cervelles un monument d’humour involontaire, en montrant deux méchants populistes anglais se plaindre du débarquement de clandestins : « Si ça continue, après nos mineurs, ce sera notre tour de nous faire piquer nos places ! » Et Mortimer de déplorer : « Des réflexes populistes ont ressurgi chez certains de nos concitoyens », tandis que Blake lui rappelle qu’« outre nos lois britanniques, la Déclaration universelle des droits de l’homme établit les droits des migrants ».
Dans les années 50…
À cette époque, en réalité, dans Le Secret de l’Espadon, Blake était moins fanatique des envahisseurs face au projet de conquête mondiale de l’Empire Jaune ! Et Edgar P. Jacobs inventeur des personnages, contrairement à Hergé, ne s’était jamais cru obligé de refaire passer ses phylactères dans le moule du politiquement correct.

Décidément et comme le dit Valeurs Actuelles, « tout est bon pour permettre à l’invasion migratoire d’avoir lieu et pour culpabiliser ceux qui y trouvent à redire« .
On se demande d’ailleurs pourquoi Spirou Magazine s’est arrêté en si bon chemin, en évitant de nous informer que Blake et Mortimer avaient fini par se marier, et attendaient un heureux événement grâce une GPA aux Indes…

Source